Des cartes pour comprendre le monde
Article mis en ligne le 16 août 2018
dernière modification le 27 août 2018

par jbouffand
logo imprimer

La grille de lecture géopolitique

Géopolitique:

La géopolitique est l’étude des rapports entretenus entre les États : alliances, coopérations, rivalités (larvées ou ouvertes), conflits de diverses natures. C’est également l’étude des rapports entretenus entre les États et des organismes non-étatiques : mouvements rebelles, terroristes, etc. Dans ce cadre, l’espace géographique n’est pas seulement le théâtre de ces rapports, mais il en est aussi l’enjeu. Les cartes géographiques à la fois une source d’information sur les enjeux géopolitiques et enjeu de ces rivalités.


La frontière indo-pakistanaise vue du Pakistan
source : www.surveyofpakistan.gov.pk

La frontière indo-pakistanaise vue de l’Inde
source :www.surveyofindia.gov.in

Les frontières du Pakistan vues de France
Source :http://www.diplomatie.gouv.fr

L’étude de ces cartes nous a permis de dégager les conclusions suivantes :


- une carte peut être subjective : la représentation d’un même phénomène peut changer suivant le point de vue de l’auteur, son parti-pris ou sa neutralité.
- une carte peut nous informer sur la situation effective sur le terrain (carte de droite), ou sur des revendications territoriales qui ne correspondent pas forcément à la réalité (cartes de gauche et du milieu). Ces deux cartes, bien que « fausses », nous fournissent cependant des informations géopolitiques sur les relations entre l’Inde et le Pakistan (conflit).



La grille de lecture géoéconomique

Géoéconomie:

La géoéconomie étudie la localisation spatiale des phénomènes économiques : répartition des richesses, des activités économiques, inégal développement... Elle étudie également les flux existant entre les différents ensembles économiques du monde (flux commerciaux, flux financiers, migrations à motifs économiques...). L’étude de ces différents aspects permet de cartographier l’inégale intégration de la planète à la mondialisation économique.

QUI EST RICHE ?
QUI S’ENRICHIT LE PLUS VITE ?

L’étude de ces cartes nous a permis de dégager les conclusions suivantes :


- une carte ne comporte qu’un petit nombre d’informations
- ces informations sont sélectionnées par l’auteur de la carte pour répondre à une question précise
- il faut comprendre ce que l’auteur cherche à montrer ou à prouver pour savoir ce qu’on peut apprendre d’une carte et quelles en sont les limites (il faut donc lire attentivement la légende)



La grille de lecture géoenvironnementale

Géoenvironnemental:

La grille de lecture géoenvironnementale est l’étude géographique des relations entre l’homme et son environnement : pollution, anthropisation des milieux, mais aussi les relations entre densités de population et conditions environnementales.

L’étude de ces cartes nous a permis de dégager les conclusions suivantes :


- Ces cartes sont révélatrices de deux points de vue opposés : celui d’une association écologiste mettant en cause le mode de vie des pays développés (à gauche) et celui d’une université américaine montrant que les pays développés font le plus d’effort pour protéger l’environnement (à droite).
- Pour montrer des phénomènes complexes, le géographe crée des indices composites comme l’empreinte écologique, l’Indice de Performance Environnementale ou l’IDH qui ne représente pas des réalités directement observables sur le terrain.
- L’usage des couleurs est important : le vert pour des situations vues comme positives, le rouge pour des situations vues comme négatives.

La grille de lecture géoculturelle

Géoculturel:

La grille de lecture géoculturelle est l’étude géographique des phénomènes culturels : langues, religions, modes de vie,...

Et aussi :
Manuel Hatier
Histoire Géographie Terminale S, Bourel, Chevallier, Ciattoni, Rigou, 2014, p 210

L’étude de ces cartes nous a permis de dégager les conclusions suivantes :

- Le jeu des échelles est important en cartographie : plus l’échelle est petite, plus la surface étudiée est grande, on peut voir plus de généralités mais moins de détails. Inversement, plus l’échelle est grande, plus la surface étudiée est petite, on peut voir plus de détails mais moins de généralités.

pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2018-2019 © Histoire et Géographie - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4
Hébergeur : OVH