Bandeau
Histoire et Géographie
Le blog d’histoire-géographie de Jérôme Bouffand
Descriptif du site
La République, trois républiques
Article mis en ligne le 14 août 2018

par jbouffand
logo imprimer
Un peu de culture générale :

Rappels chronologiques :

- 1870-1940 : IIIe République
- 1940-1944 : Régime de Vichy
- 1944-1946 : Gouvernement Provisoire de la République Française
- 1946-1958 : IVe République
- Depuis 1958 : Ve République

Précisions de vocabulaire :

- Sous la IIIe République :

  • le chef du gouvernement s’appelle le président du conseil
  • l’assemblée des députés s’appelle la Chambre des Députés

- Sous la IVe République :

  • le chef du gouvernement s’appelle le président du conseil
  • l’assemblée des députés s’appelle l’Assemblée Nationale

- Sous la Ve République :

  • le chef du gouvernement s’appelle le premier ministre
  • l’assemblée des députés s’appelle L’Assemblée Nationale

Le modèle républicain s’est peu à peu enraciné dans la société française depuis la fin du XIXe siècle. Cependant, il a longtemps fait l’objet de contestations et de débats, et il a été à plusieurs reprises redéfini.

L’enracinement de la culture républicaine de 1880 à la fin du XIXe siècle

Le système républicain démocratique ne va pas forcément de soit pour tous les Français dans le dernier tiers du XIXe siècle. Son établissement se fera de façon progressive, par l’enracinement de la culture républicaine.

Définition de la culture politique républicaine

Les principaux éléments de la culture républicaine française :

- les symboles de la République : drapeau tricolore, Marianne, Marseillaise

- période historique de référence : la Révolution Française (1789)

- les auteurs et les textes fondamentaux : philosophes des Lumières (Montesquieu, Rousseau, Voltaire, Diderot), Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (1789)

- les lieux de la vie politique républicaine à Paris : Palais Bourbon, Palais du Luxembourg, Palais de l’Élysée, Hôtel de Matignon

- l’incarnation locale de la République : la mairie et l’école publique

- un "temple républicain" : le Panthéon

Culture politique:

Une culture politique est l’ensemble des caractéristiques et références permettant de définir l’identité d’une famille politique. Elle se compose de quelques références culturelles et politiques : grands auteurs, événements historiques fondateurs,... Elle s’accompagne d’une série de représentations que ses adhérents se font sur la France, le sens de son histoire, le rôle des citoyens dans la vie politique,... Une culture politique s’incarne dans une série de symboles : allégories, lieux, drapeau,...

La République face à ses adversaires et aux crises politiques

Les difficultés de l’enracinement républicain :

- importance de l’opposition royaliste et conservatrice
- Un ou deux exemples de crises et scandales divers : scandales des décorations (1887), crise boulangiste (1888-1889), scandale de Panama (1892-1893)

Il faut surtout bien maîtriser l’Affaire Dreyfus :

- Chronologie :

  • 1894 : condamnation et déportation de Dreyfus, accusé d’espionnage et condamné à tort
  • janvier 1898 : parution de l’article "J’Accuse" d’Emile Zola dans le journal l’Aurore, déclenchement de la crise
  • 1899 : deuxième procès en appel de Dreyfus. Sa condamnation est maintenue mais il est gracié par le président de la République
  • 1906 : réhabilitation de Dreyfus

- Signification de la crise :
Autour de la question de la culpabilité ou de l’innocence de Dreyfus s’opposent les dreyfusards (le plus souvent de gauche et républicains) aux antidreyfusards (nationalistes, conservateurs, antisémites et antirépublicains en général). L’opposition déstabilise les institutions (remise en cause de la justice militaire, tentative de coup d’Etat de Déroulède).

Un outil de l’enracinement de la culture républicaine : l’école publique



La refondation républicaine après la Deuxième guerre mondiale (1944-1946)

Après la Libération se pose la question du renouvellement des institutions républicaines.

Les combats de la Résistance contre l’occupant nazi et contre le régime de Vichy


- Comprendre pourquoi la défaite de 1940 entraine la chute de la République et la mise en place du régime de Vichy
- Savoir la nature du régime de Vichy : une dictature réactionnaire, un allié de l’Allemagne nazie
- La Résistance : connaître les différents types d’actions (résistance active/passive), contre quels ennemis (Vichy/l’occupant), dans quel but (libération du territoire, rétablissement de la République)
- Faire la différence entre FFL (Forces Françaises Libres, à Londres) et FFI (Forces Françaises de l’Intérieur, dans le territoire occupé).

Dates :
- juin 1940 : invasion allemande, chute de la IIIe République, naissance du régime de Vichy
- Eté 1941 : premiers actes de résistance armée
- Novembre 1942 : occupation de la zone libre
- 1944 : débarquement en Normandie, libération du territoire

Des mouvements de Résistance, des combats
- L’AS (gaulliste) et les FTP (communistes)
- Les Glières, le Vercors

Le projet du Conseil National de la Résistance et son application

Le programme du Conseil National de la Résistance prévoit la restaurations d’institutions républicaines démocratiques. Il prévoit également une large extension de l’intervention de l’Etat dans les domaines économiques et sociaux, jetant les bases de l’Etat-providence.

Les principaux axes du programme du Conseil National de la Résistance :

- création d’un système complet de sécurité sociale
- développement de l’éducation
- nationalisations d’entreprises
- développement d’une "démocratie économique et sociale"
Conseil National de la Résistance:

Le Conseil National de la Résistance est un organisme fédérant les différents mouvements de résistance afin de coordonner leurs actions pour en accroître l’efficacité. Il est décidé par la volonté du général de Gaulle, qui envoie en France Jean Moulin en janvier 1942, dont la mission est de convaincre les mouvements de résistance d’adhérer à ce projet. Il y parvient en mai 1943, mais il est arrêté un mois plus tard, et il meurt lors de sa déportation.

Fonder une nouvelle République

L’effondrement de la IIIe République, puis la disparition du régime de Vichy, donne l’occasion de créer un nouveau modèle républicain en France.

Les grandes lignes des projets de constitution :

- Un projet communiste et socialiste : plus de pouvoir pour l’assemblée des députés
- Un projet gaulliste : plus de pouvoir pour le gouvernement
- La constitution finale de la IVe République : une version améliorée de la IIIe République

Institutions détaillées de la IVe République (source : wikimedia.org).
Organigramme de la IVème République



1958-1962 : un nouveau modèle républicain

La crise algérienne amène le retour au pouvoir du générale de Gaulle. Il en profite pour imposer un nouveau modèle de république.

Chronologie :

- 1954 : début de la guerre d’Algérie
- 1958 : putsch d’Alger, naissance de la Ve République
- 1962 : fin de la guerre d’Algérie, référendum sur l’élection du président de la République au suffrage universel direct

L’affaiblissement de la IVe République

L’incapacité des gouvernements successifs à résoudre la crise algérienne discrédite les institutions de la IVe République marquées par une instabilité croissante. A la suite d’un coup d’Etat à Alger, de Gaulle est rappelé au pouvoir, qu’il n’accepte qu’à condition de pouvoir modifier les institutions.

Quelques chiffres :

- 12 ans de IVe République
- 24 gouvernements (1 tous les 6 mois)
- 18 gouvernements renversés par l’Assemblée Nationale.

La mise en place d’un nouveau type de République

Les principales caractéristiques de la Ve République :

- Un rôle accru du président de la République, élu au suffrage universel direct à partir de 1962
- Une diminution du rôle du Parlement
- Une plus grande stabilité du gouvernement, grâce à un nouveau mode de scrutin aux élections législatives.

Sur le papier, les institutions de la Ve République sont très peu différentes des institutions des républiques précédentes. En pratique, elle est un régime semi-présidentiel et non plus parlementaire, où le rôle du Parlement décline au nom d’une plus grande efficacité de l’action gouvernementale.