accessibilité
|
Bandeau
Histoire et Géographie
Le blog d’histoire-géographie de Jérôme Bouffand
Descriptif du site
Le programme de Bad Godesberg (1959)

Un document expliqué en détails

Article mis en ligne le 16 août 2018

par jbouffand
logo imprimer

Le programme de Bad Godesberg (1959)

Résumé : dans ce programme, le SPD abandonne l’idéologie marxiste pour se rallier aux règles de base du libéralisme économique. Néanmoins, cette adhésion reste nuancée par la priorité donnée à la politique sociale.

Je vous propose une étude de ce document où j’ai surligné les citations les plus importantes si vous aviez à en faire une étude critique. En survolant chaque citation avec votre curseur, vous ferez apparaître des informations supplémentaires permettant de comprendre la citation.

Code couleur des citations
Le SDP rejette le système politique communiste mis en place dans le Bloc de l’Est
Le SDP affirme son adhésion au système de la démocratie libérale
Le SDP rejette le marxisme économique et se rattache aux principes de l’économie libérale
Le SDP nuance l’anticléricalisme marxiste dont il faisait preuve jusque là
Le SDP rompt avec l’idée de lutte des classes

« Nous nous opposons à toute dictature, toute forme de domination totalitaire et autoritaire parce que celles-ci méprisent la dignité de l’homme, annihilent sa liberté et détruisent le droit. Le socialisme ne peut être réalisé que par la démocratie, la démocratie ne peut recevoir de sens que par le socialisme.
C’est à tort que les communistes se réclament de traditions socialistes. En vérité, ils ont falsifié l’héritage intellectuel du socialisme. Les socialistes veulent réaliser la liberté et la justice, tandis que les communistes exploitent les divisions sociales pour instaurer la dictature de leur parti.
[…]


Le Parti Social-Démocrate Allemand
se réclame de la démocratie dans laquelle tout pouvoir étatique émane du peuple et dans laquelle le Gouvernement est en tout temps responsable au Parlement et est conscient de la nécessité de bénéficier constamment de sa confiance. Dans une démocratie, les droits de la minorité doivent être respectés aussi bien que les droits de la majorité ; le gouvernement et l’opposition ont des tâches différences de valeur égale ; l’un et l’autre assument la responsabilité de l’État.
Le Parti Social-Démocrate Allemand veut gagner, dans une compétition égale avec les autres partis démocratiques, la confiance de la majorité du peuple, pour organiser l’État et la société selon les revendications fondamentales du socialisme démocratique.
[...]


L’État moderne influence d’une façon constante la vie économique [...]. L’État ne saurait se dérober à cette responsabilité en matière d’évolution économique. Il est responsable d’une politique anti-cyclique à long terme et doit se limiter, dans l’essentiel, aux méthodes d’action indirecte sur l’économie.
Le
libre choix des consommateurs et le libre choix du lieu de travail sont des fondements décisifs, tandis que la libre concurrence et la libre initiative des entrepreneurs sont des éléments importants d’une politique économique social-démocrate. [...] Une économie totalitaire ou dictatoriale détruit la liberté. C’est pourquoi le Parti Social-Démocrate Allemand approuve une économie libre de marché partout où la concurrence s’affirme. Toutefois, lorsque des marchés sont dominés par des individus ou des groupes, il est nécessaire de prendre des mesures multiples pour préserver la liberté dans l’économie. La concurrence dans toute la mesure du possible - la planification autant que nécessaire.
[...]


La propriété privée des moyens de production mérite la protection et l’encouragement, dans la mesure où elle n’entrave pas l’institution d’un ordre social équitable. La concurrence par des entreprises publiques et un moyen décisif pour empêcher que des groupes privés ne dominent le marché. Les intérêts de la communauté doivent prévaloir grâce à de telles entreprises. Elles ne seront nécessaires que là où, pour des raisons naturelles ou techniques, des prestations indispensables pour la collectivité ne peuvent être réalisées économiquement et rationnellement qu’en excluant la compétition.
[...]


Le socialisme n’est pas le substitut d’une religion. Le Parti Social-Démocrate respecte les églises et les communautés religieuses, leur mission particulière et leur autonomie. Il approuve la protection de droit public qui leur est assurée. [...]


Le Parti Social-Démocrate est devenu d’un parti de la classe ouvrière un parti du peuple tout entier. »

Programme fondamental du Parti Social-Démocrate Allemand, 1959.