accessibilité
|
Bandeau
Histoire et Géographie
Le blog d’histoire-géographie de Jérôme Bouffand
Descriptif du site
La guerre civile au Yémen

Exposé de Bahia, Marie-Thaïs et Louise

Article mis en ligne le 4 avril 2019
dernière modification le 30 mars 2020

par jbouffand
logo imprimer

Pour comprendre cette guerre civile revenons en 2004 lors de la guerre du Saada qui va déclencher la révolte des houthis. Les houthis sont un groupe rebelle armé qui doit son nom a Hussein Badreddine Al-Houthi qui fut tué en septembre 2004. Les houthis pratiquent le courant zaïdiste de la branche chiite de l’Islam. Lors de la guerre du Saada les houthis dénoncent l’alliance du Yémen, de l’Arabie Saoudite et des Etats Unis en effet, les houthis sont anti-américains et antisionistes. De plus, les houthis dénoncent les inégalités, le sous-développement et la marginalisation des chiites. Les houthis ont des pensées indépendantistes chiites face a un gouvernement sunnite (le Yémen est un pays à majorité sunnite). En 2011, les houthis profitent du printemps arabe pour se joindre aux étudiants. La guerre civile du Yémen est un conflit tribal régional et ethnique, mais cette guerre a été internationalisée en mars 2015.

La guerre civile au Yémen réunit une multitude de belligérants divers et variés. En effet, en premier lieu, on retrouve les rebelles chiites houthis alliés aux forces fidèles de l’ancien président Ali Abdallah Saleh, en exil durant le conflit, en face du gouvernement en place, le gouvernement d’Abdrabbo Mansour Hadi. A ces deux belligérants principaux s’ajoutent des pays extérieurs. L’Arabie Saoudite est à la tête d’une coalition en soutien au gouvernement en place. Mais, celle-ci mène également une politique d’affaiblissement de l’état Yéménite. De plus, dans cette coalition, on retrouve les Emirats Arabe Unis qui fournissent des troupes de mercenaires colombiens à l’état Yéménite depuis 2015, s’ajoute à ces mercenaires des jeunes de tribus arabe (venant du Tchad, du Niger et de Lybie). Par ailleurs, les Etats-Unis, en tant qu’allié de l’Arabie Saoudite, apportent un soutien logistique et des renseignements à cette même coalition. Quant à la France, elle a vendu des armes à deux des principaux belligérants, l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabe Unis. Pour finir, l’Iran et la Corée du Nord ont signé des protocoles de coopération avec les rebelles Houthis, se concrétisant principalement par du matériel militaire. A tous ces pays, s’oppose Al-Qaïda dont la volonté est de s’emparer du pays.

Source : Le Monde diplomatique, Enlisement saoudien au Yémen, décembre 2017

Les conséquences de cette guerre civile sont multiples au Yémen. En effet, l’Etat s’est effondré suite à la révolte des houthis, certains salaires ne sont plus distribués aux fonctionnaires depuis 2016 dans les zones rebelles. Une grande misère se fait ressentir dans le pays .De plus, les prix du commerce ont augmenté, par conséquent, 2 millions de yéménites se déplacent du pays. En outre, 7 millions de yéménites sont menaces soit ¼ de la population. Le commerce du Yémen est gêné par le blocus partiel au port d’Hodeïda. De ce fait, la nourriture est difficilement importée. Le Yémen vit à 90% de l’importation. De plus, les aides humanitaires sont bloquées (médicaments, centre de sante).Par conséquent, les yéménites sont mal soignes et se développe alors une épidémie de choléra qui concerne 1 millions de Yéménites. Enfin, 22 millions de yéménites auraient besoin de soins.


Dans la même rubrique